Au lieu de faire blêmir, la bêtise fait sourire

De par mes origines maures, et les us ancestraux qui m’ont été transmis par les miens, mon amour pour les animaux ne dépassait guère celui du jeune Peulh Karim Diallo que mon collègue Mondoblogueur togolais David Kpelly décrit dans son « ce qui coupe le pénis du cheval se trouve dans le ventre du cheval». 

Autrement dit, l’amour foudroyant pour les vaches, dont le célèbre humoriste belge Philippe Geluck dit « Quand l’homme a découvert que la vache donnait du lait, que cherchait-il exactement à faire ce jour-là ?» .

Mes sentiments à l’égard des bêtes (animales), ont connu un tournant ces derniers temps. D’abord avec le traitement réservé par ce Zoo de Copenhague au Girafon Marius, dont les malheureuses nouvelles me sont parvenues à travers la plate-forme Mondoblog, avec un effet percutant, grâce à l’exceptionnel talent de l’inimitable « berliniquais », et « ses larmes de crocodile ». 

Vint ensuite la grave menace qui pesait sur les fameux orangs-outans de Bornéo, que j’avais été sollicité pour secourir, et à laquelle j’avais consacré mon billet « Ces cousins que je ne peux sauver ». L’organisation caritative m’avait rassuré, par la suite, que des ressources suffisantes avaient été réunies pour sauver ces créatures, et que leur progéniture pourrait désormais s’amuser comme ci-dessous, à peu près comme le feraient nos propres enfants même dans les conditions décrites par l’inimitable JR (ABCDetc) dans « l’enfance, c’est encore le droit de rêver ».

bébé orang-outan jouant

orang-outan en balançoire

Suivra aussi la récidive du Zoo de Copenhague, qui aurait fait un carnage, par euthanasie, pour ‘’marier’’ un lion nouveau ‘’soupirant’’, à deux lionnes en âge de faire ‘’la famille’’. Cette fois-ci, les observateurs ont trouvé au Zoo des circonstances atténuantes, en évitant d’effectuer en public, l’abattage, le dépeçage, et la découpe des animaux mis à mort, contrairement au procédé adopté pour le mignon ‘’feu’’ Marius.

Mon amour pour les bêtes ainsi boosté, je me suis mis à faire des recherches pour mieux les connaitre. Je suis un adepte de Victor Hugo qui dit « Une affection est une conviction».

Sommeil de girafe

Girafe endormie

Je suis d’abord tombé sur de très belles et impressionnantes images. Celles de girafes endormies. Qu’elles sont belles, splendides et majestueuses aussi bien dans leur démarche, que leur sommeil… Selon les spécialistes, avec cette position, un homme attraperait inéluctablement et irrémédiablement un torticolis.

Mon euphorie, j’allais dire mon extase, fut de courte durée. Je tombai très rapidement sur le revers de la médaille. Un précieux tweet provenant de @SoloNiare en date du 30 mars 2014, me ramenait à la dure et regrettable réalité de notre monde : les adeptes de la cruauté et la méchanceté s’y forgent encore de la place. 

Mon esprit fit un détour fulgurant pour maudire ce que Monsieur Erdogan est en train de faire subir aux Turcs : les priver d’un valeureux outil de communication, d’information, et d’échanges. Ce que me communiquait le tweet, et j’en remercie grandement son auteur, était l’une des plus fortes expressions de la bêtise humaine. 

Un carnage indescriptible qui, malgré son aspect cruel et répréhensible, n’a rien enlevé à la beauté de cette créature… la girafe. Elle était belle dans son sommeil de repos précaire (dit aussi paradoxal) décrit ci-dessus, et elle est tout aussi splendide dans cette position de repos éternel.

braconnage autorisé

Femme fière d’avoir tué cette belle girafe

Avec ses 6 (six) mètres de haut pour l’espèce Rotschild, et un poids pouvant atteindre 1,5 tonnes pour le mâle de la même variété, la girafe est l’animal le plus grand au monde, au moment où l’éléphant est le mammifère le plus gros. Je ne peux que vous livrer un autre élément de comparaison et d’appréciation, qui vous serait utile, particulièrement devant ce spectacle désolant. 

Il ressort de mes courtes recherches, qu’un cœur de Girafe pèserait dans les 11 kilogrammes. C’est dire qu’elle a un gros et grand cœur. Quant à la dame au fusil, qui parait sourire et exulter après son ‘’exploit’’, je laisse aux cardiologues le soin de diagnostiquer, avec leur ECG et autres Echo-Doppler, quelle ‘’chose’’ a-t-elle dans la cage thoracique, et à vous, de juger son inqualifiable acte.

Malheureusement, le carnage ne se limite pas à cela. Il y aurait, particulièrement en Tanzanie et en République Sud-Africaine, des parcs où les millionnaires peuvent s’adonner à la chasse dite « exotique ». Vous trouverez le tableau macabre, complet ici.

acharnement contre les animaux

Lion abattu par la dame tueuse

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.