Juil 01

Ma méharée virtuelle

La liberté du silence

Silence libre

J’ai opté, après mure reflexion et moult tentations, pour une Méharée comme mode de déplacement durant cette excursion et ce pour deux raisons. La première, est qu’en Mauritanie, bien qu’avides de modernité, nous sommes viscéralement attachés à l’authenticité. La seconde, est qu’il me faut un rythme de caravane, pour pouvoir accompagner le Ministère en charge, depuis plusieurs années, de la modernisation de notre administration. C’est donc une méharée virtuelle que j’ai eu à entreprendre.

De nos jours, moderniser une administration, ne saurait se réussir sans la mise à contribution des NTIC (nouvelles technologies de l’information et de la communication). C’est sans doute pour cela, que ledit  Ministère s’est vu confier la responsabilité de généraliser l’usage des mêmes fameuses NTIC.

Notre monde, est souvent appelé village planétaire. En effet, grâce à l’internet, les frontières ont tendance à s’estomper, peu à peu, pour ne laisser que les seules limites géographiques ou barrières politiques.

Aujourd’hui, à partir de la table de travail de votre chambre privée, vous pouvez prendre connaissance, ou transmettre, à votre guise, toute sorte d’informations souhaitées. Ainsi, la toile sert à vulgariser l’image, réelle, amplifiée, ou étriquée, qu’on veut donner de soi. 

Pendant des moments d’oisiveté, j’ai eu la curiosité de savoir si nous sommes bien intégrés dans « le village mondial», et est-ce que nous arrivons à emboiter le pas à des techniques qui évoluent à une vitesse inqualifiable. Ainsi, ai-je effectué  une première randonnée en mars 2013, et décidé de me livrer maintenant à ce que j’ai appelé une méharée virtuelle. J’ai voulu savoir, en visitant leurs sites web, quelle image de notre marche vers le progrès – officiellement à pas de géant – nos valeureux départements gouvernementaux donnaient à la population du  Grand « village », et quelle évolution éventuelle avaient connus leurs sites durant l’intervalle de temps, dépassant les huit mois, entre mes deux visites.

Vous ne pouvez imaginer ce que j’ai trouvé,  mais je vais vous en donner des nouvelles.

Mon constat consigné lors de la randonnée du 15 mars 2013

Je me suis d’abord intéressé au secteur vital des infrastructures. Particulièrement le MET (Ministère de l’Equipement et des Transports), et à son jumeau le MHUAT (Ministère de l’Habitat, de l’Urbanisme et de l’Aménagement du Territoire). Ces deux départements étant réputés « siamois », j’ai tenu à être rassuré que leur séparation, à plusieurs reprises ratée, est finalement consommée.

Vous ne pouvez imaginer l’ampleur de ma surprise, quand j’ai découvert que le MET s’est offert le luxe d’avoir deux sites web. S’ils présentent des similitudes d’apparat, même si le ministère n’y a, ni la même dénomination, ni une orthographe identique, ils sont totalement différents sur le fond. Et c’est ce dernier aspect qui surprenait le plus.

 Le premier vit encore à l’heure du CMJD (Comité Militaire pour la Justice et la Démocratie). Il parle des audiences du Colonel Ely Ould Mohamed Vall, présente un plan d’action limité à l’horizon 2007, et fait le bilan du département jusqu’à la fin de l’exercice 2005.

Le second, quant à lui, semble s’accommoder de l’ère nouvelle, celle « du changement constructif » de Mohamed Ould Abdel Aziz, même s’il n’y fait pas expressément référence. Mais la preuve est la biographie de l’actuel Ministre, le plan d’action incomplet, et la référence aux sessions de permis de conduire, même si le « r » et le « m » du permis sont parfois remplacés par une double consonne, ce qui évoque une flagrante obscénité à l’orthographe discutable.

Sur le dernier site on voit un avion sur le tarmac, tandis que le premier montre l’envol d’un aéronef. On est en droit de se demander si Le Colonel Ely n’a pas, tout simplement, raté le décollage. La première image est mieux adaptée pour symboliser le boum qu’on dit que le secteur connait, tandis que l’absence de toute symbolique du réseau routier, et des infrastructures portuaires, est tout simplement  incompréhensible.

Une similitude – au moins une – aux deux sites : à l’ouverture de la rubrique « coopération », on vous dit que la page est en cours de construction. Le monde a été fait en six jours, même si certains ne semblent pas satisfaits du résultat. Il est paradoxal que la création d’une page prenne tout ce temps. La gratitude fait partie intégrante de nos valeurs ancestrales. Ce qu’on appelle pudiquement « la coopération » n’est pas né des pluies de la récente saison hivernale. Tout le monde doit connaître le volume des investissements consentis pour les infrastructures, par les partenaires au développement. Il est vrai que ceux-ci changent de nom à la vitesse de l’évolution des NTIC : bailleurs de fonds, donateurs, partenaires au développement, et maintenant partenaires techniques et financiers (PTF), etc…Comment vont-ils s’appeler la prochaine fois pour ménager la fausse fierté de gens qui dilapident tout, et maintiennent leurs pays dans un état dégradant de mendicité internationale, et leurs peuples sous le seuil de pauvreté. Y a-t-il réellement possibilité de vie sous ce seuil ? Mais, fermons avec amertume cette parenthèse, et continuons notre randonnée.

Après la découverte de ces deux facettes du MET – pour ne pas dire facéties –  ce fut la trouvaille du site du MHUAT. Mais avant de vous décrire le fameux contenant, sans contenu, de ce site, je vais vous faire un aveu. Franchement, je n’ai jamais compris la logique qui a prévalu chez ceux qui ont adopté la dénomination de ce Ministère. La logique veut que l’urbanisme et l’habitat soient en application d’une politique de l’aménagement du territoire, et non l’inverse. C’est cette absence d’hiérarchisation des fonctions qui est à l’origine de la prolifération des quartiers et habitats précaires. Mais ceci est un autre débat, et n’a rien avoir avec le but de ma randonnée à moi. Le chef du gouvernement peut appeler son ministère selon la logique qui lui paraitrait appropriée.

Revenons maintenant à notre trouvaille. Le site du MHUAT. Il est dénommé www.equipement.gov.mr/Meuh . Rien qui peut lier, de prime à bord, le ministère au site. Si on peut ne pas s’attarder sur les carences d’orthographe qui vous frappent dès l’ouverture de la page d’accueil, on ne peut s’empêcher de se sentir dans un immense désert virtuel, où on ne trouve que deux informations largement dépassées par tous les événements. On y cite une dépêche de l’AMI  (Agence Mauritanienne d’Information) daté du 31 décembre d’une année quelconque, selon laquelle feu Ba Mamadou dit M’baré, qu’Allah lui accorde la miséricorde, a présidé une plénière du sénat. A cette réunion, selon la même source, le Gouvernement a été représenté par Mr Mohamed OULD BILAL. Tous les mauritaniens  avertis, savent que OULD BILAL est Directeur Général de l’ATTM (Société de Travaux, filiale de la grande Société Nationale Industrielle et Minière SNIM) depuis bientôt trois ans. Le site m’apprend aussi que Mr Mohamed OULD BILAL, au titre de la même fonction ministérielle,  a  reçu les Ambassadeurs de Chine et celui d’Angola.

Quant à la mission du Ministère, ses attributions, son organisation, on ne peut rien trouver d’informatif ou de normatif. Même la rubrique « Cabinet » est vide, ce qui m’a semblé mieux, question de salubrité. La transformation des Conseillers en « Conseilleurs », est une innovation géniale qui pourrait être capitalisée et généralisée, si c’est de nature à leur faire jouer le rôle qui, théoriquement, leur est dévolu. J’allais oublier qu’il y a une biographie de l’immuable – virtuellement tout au moins – OULD BILAL, ce jeune cadre qui a jusqu’à présent bonne réputation, et qu’on est en train de dédoubler exagérément et inutilement.

Pour ce qui est de la version en arabe du site, je conseille vivement aux cardiaques de s’abstenir. Dans ce coin du désert virtuel, notre Président est toujours SIDIOCA (Sidi Ould Cheikh Abdellahi), renversé en août 2008 par le Général-Président Aziz, devenu depuis 2009 Président-Général.

Je sais que ce scoop à la WikiLeaks fera vibrer les nostalgiques de la période, particulièrement ceux qui aimeraient désespérément réanimer les fameux et inutiles accords de Dakar, et avoir ainsi droit  à un hypothétique dialogue avec l’actuel pouvoir. Mais leur désillusion, malheureusement, sera rapide.

La Méharée du 30 novembre 2013

Avant de voir l’évolution des sites depuis ma randonnée d’il y a huit mois et demi, j’ai subitement  eu envie de jeter un coup d’œil vers les sites de « là-haut ». Là-haut, chez nous, c’est la Présidence de la République, le Président ou son entourage. Moi, par extension, j’y ai joins la Primature (le Premier Ministère).

A vrai dire, pour là-haut, je m’attendais à un site clean, parfait, très good. Pourquoi ? Parce que je suis jaloux des capacités exceptionnelles de notre « Là-haut » à nous. Nos médias officiels, me disent tous les jours qu’il accorde une « attention particulière à… tout » : à l’étranger, à la sous-région, à la sécurité et la prospérité des citoyens, aux femmes et leurs enfants, aux tireurs de balles-amies, aux jardins de Kankossa (Nouvel Eden de chez nous), au Scanner en continuelle panne à l’hôpital Oncologique, aux urinoirs du marché central, et je me limite à ceci, la liste étant interminable… Parce que je vois aussi le même Président faire très souvent des visites « inopinées », pour « s’enquérir » de la qualité et du rendement des services publics. Malgré le caractère déclaré impromptu de ces inspections, généralement « organisées » un jour férié, et auxquelles tout le monde répond présent, qui pour expliquer (les fonctionnaires inspirés), qui pour applaudir des pieds avant les mains (habitants des quartiers précaires, amenés de façon « inopinée » par bus). Il doit avoir certainement accouplé avec le terrain,  une inspection virtuelle à partir de son bureau. C’est facile, c’est reposant, et c’est aussi édifiant. Il est inconcevable d’escompter des réalisations significatives dans le réel, de gens incapables de donner de leur travail et de leur pays une image cohérente et respectable sur le virtuel.

Pour vous annoncer les couleurs, le contenu du site de la Présidence est tout simplement anticonstitutionnel. Les couleurs que j’ai annoncées, ne sont pas du tout les nationales. Celles-ci sont totalement absentes. Le mandat du président y est prorogé d’une année, alors qu’il avait prêté serment de ne pas toucher à ce paragraphe de la loi fondamentale. Celle-ci le limite à 5 ans renouvelable (pour le moment) une seule fois, tandis que le site de la République l’étire à 6 ans et laisse le nombre de renouvellements à la compréhension du… lecteur.

Aucune mention de la géographie de ce pays, qui s’étend sur plus d’un millions de km². La miniaturisation de la page du site, illisible sans loupe pour un bien voyant, m’a donné des difficultés de respiration. Pas de mention, non plus, du peuplement de la Mauritanie, multi-ethnique, plurielle, et à civilisation séculaire. On y mentionne – dans quel cadre ? – que le peuple mauritanien est attaché à l’Islam. Je ne suis pas sûr que l’Islam le lui rendra bien, si les pratiques demeurent telles quelles.

Le site est globalement structuré en trois rubriques : administration, économie, tourisme. Chaque rubrique comporte un sous-titre « en savoir plus ». Ne perdez pas votre temps en cliquant, ou double-cliquant, vous n’en saurez pas davantage. Chaque titre ou sous-titre vous envoie vers un lien qui va se délier rapidement, pour vous renvoyer, comme au Monopoly, à la case départ sans toucher quoi que ce soit.

On vous « branche » sur la Primature, pour apprendre qu’il y a des conseillers, des chargés de missions (quelles missions ?), le Secrétariat général du gouvernement, la législation, etc… Mais point de programme de gouvernement, ou activités et actions instructives ou constructives.

Le tourisme ? Rien qui pourrait convaincre un vacancier de consacrer son budget de tourisme à un pays qui ne peut pas se « vendre » au Monde.

Les deux dernier événements marquants portés sur le site est un conseil des Ministres  du 04 Juillet  2013, et une annonce urgente que « la Mauritanie sera à Paris du 24 au 28 Octobre 2012 ». Rassurez-vous, vous avez bien lu les bonnes dates.

Je ne conseille pas au visiteur de s’attarder pour ouvrir la version en langue arabe de notre fenêtre officielle sur le Monde. Deux raisons m’incitent à prodiguer ce conseil. La première est qu’elle est très peu renseignée, par fidélité, peut-être, à notre tradition orale. La seconde est que son médiocre contenu est en Arabe lugubre traduit par quelqu’un qui essayait de réfléchir en français. C’est très perceptible.

Il y a une version English du site. Mais, moi, je l’avoue, « I dont speak english ». Eux aussi : c’est incroyablement désert.

On peut disserter de manière illimitée sur la médiocrité de cette gifle et insulte à la  République Islamique de Mauritanie qu’est mauritania.mr. Mais je me suffirai d’ajouter deux points. Le premier, à l’avantage du site, est qu’il n’a pas omis notre devise : « honneur, fraternité,  justice ». J’ai été agréablement surpris de le constater, en raison de leur absence totale lors de ma précédente randonnée. Le second, quant à lui, est grave. Il va m’obliger, pour une fois, à faire de la délation : il n’y a aucune photo de Président (s) sur le site. Il n’est pas normal qu’il n’y ait pas, au moins, le portrait officiel de l’actuel. Il jugera, lui premier magistrat, si les autres ont existé, ou sont simplement des hallucinations dans notre subliminal.

Le premier ir responsable de tout ça, c’est le pauvre Ministère de la modernisation de l’administration, accouplé avec celui de la fonction publique.  Amputée des NTIC, je ne vois pas ce qu’il peut faire concrètement. D’ailleurs, il ne s’est pas cassé la tête, son site ne parle que des activités de la fonction publique. La modernisation de l’administration est remise aux calendes grecques.

Quant au Ministère en charge des NTIC, vous aurez pitié de lui en visitant son site, dont je vous livre une capture d’écran ci-dessous.

Modernisation administration

Site Ministère Modernisation

Je ne vous cache pas que mon cœur a battu plus fort à l’ouverture du site. En effet, il y avait ces New en rouge qui clignotaient. J’en ai déjà vu sur des sites de vente de Matériel de Travaux Publics de seconde main, pour annoncer la mise en vente nouvelle d’un équipement à ne pas rater. En cliquant sur les New de notre ministère, j’ai trouvé qu’ils étaient, en réalité, de vrais insignifiants « Old »  (ne pas confondre avec les « Ould », caractéristiques des noms maures). Il s’agissait de séminaires, colloques, et autres activités qui servent à meubler le temps de nos ministres et font « la une » de nos journaux télévisés de 20 heures. Sur ce site je n’ai pas trouvé quelque chose qui augure d’une dynamique à même d’améliorer l’image, sur la toile, de ma Mauritanie à moi.

Désabusé, j’ai changé de direction avec mes méharis, pour voir les améliorations apportées après les remarques que j’avais rendues publique après ma randonnée de mars 2013. J’ai été, tout simplement, tétanisé. Les deux sites du MET ne répondaient plus. Ils ont disparus. A la place ? Les recherches ne m’ont rien donné. Les questions posées à des cadres du département sont restées sans réponse.  Quant au site du MHUAT, il est là, invariant.

Certains me qualifieront de fouineur, de voyeur, de tous les qualificatifs péjoratifs… Je leur concède, que ce n’est pas mon travail. Mais ce qui peut leur échapper est que le travail n’est qu’une partie du devoir. Moi, je suis décidé à accomplir mon devoir de continuer à parler de cette question, jusqu’à ce que ceux qui en ont la charge, veuillent faire leur travail.

Il s’agit tout simplement de résultats criants de l’insouciance de certains fonctionnaires, mais qui montre l’incohérence et l’absence de contrôle hiérarchique ou tutélaire à tous les niveaux. On ne peut nous faire avaler que nous sommes devenus, dans les faits, un Pays émergent, alors que sur la toile on a l’embarras de nous classer au néant ou au non-être.

(4 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. Enfin j’ai pu lire ce fameux billet 😀
    Je pense que pour des organismes étatiques, ne pas communiquer clairement sur le « virtuel » est un signe parmi d’autres de manque de transparence et de redevabilité. Et je crois que la Mauritanie est pas pas le seul.
    Très bon billet et surtout plein d’humour! Congrats 😀

    1. Merci d’avoir accepté d’accompagner les méharistes. Merci pour ta sympathique visite au Bouillon …

    • hamidoune on 16 avril 2015 at 19 h 27 min
    • Répondre

    agreable surprise de trouver que le chat noir est le mehariste de talant felicitations!!!!!!

    1. L’alchimie, la chimie, la pharmacie, et la médecine, sont des spécialités ingénieuses. Si elles permettent d’appeler un chat un chat (noir), elles peuvent aussi le transformer en talentueux méharistes. Ne serait-ce que virtuellement.Merci pour la visite. Toutes mes amitiés, Docteur.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.