Pourquoi ?

A l’origine, une idée d’une collègue de travail, française, qui m’a conseillé, moi le francophone (*), de créer un Blog, pour libérer ce qu’elle considérait comme un potentiel d’expression étouffé.

J’ai commencé par publier des billets sur des sites nationaux (mauritaniens), particulièrement CRIDEM, Adrar-info, Alakhabar-info, et plus tard, Elhourrya. 

J’ai pris davantage goût à capitaliser ces opportunités gracieusement offertes, pour m’adonner à cette écriture, aussi modeste soit-elle, et peu attrayante qu’elle puisse être, mais qui est mon irrésistible « Violon d’Ingres ».

Plus tard, en octobre 2013, j’ai eu le privilège d’être sélectionné parmi 150 blogueurs, sur un total de 1 700 candidats francophones, ayant participé à la compétition écrite organisée par l’Atelier des médias de Radio France Internationale (Mondoblog). Avant mon entrée, l’unique compatriote qui nous y représentait, et très honorablement, était Sneiba Mohamed, en plus de celle que je désigne toujours par « notre malienne nationale », Awa Seydou, brillante blogueuse malienne, résidente en Mauritanie, qu’elle ne peut s’empêcher d’appeler « le Pays au million de poètes ».  

Après plus de six mois au sein de cette sphère francophone, où mes billets ont le plus souvent été placés « à la une » ou « la sélection », j’ai décidé délibérément d’avoir mon espace à moi. J’ai horreur des contraintes, et supporte très mal les astreintes. Je tiens à écrire quand j’en ai le désir, sur les sujets qui m’inspirent, ou les questions qui m’interpellent.

C’est du malaxage des inspirations et des interpellations qu’est né le Bouillon d’Humeurs et d’Opinions. Je veux en faire un cadre où j’exprime, à la fois, les tréfonds de ma pensée, et les reflets de mes états d’âme. 

Je veux attirer l’attention, quelque peu distraite, pour ne pas dire insouciante ou inconsciente, de la Génération des indépendances africaines, la mienne, sur le fait que le futur se conjugue au présent. 

Ici, je traite de tous les sujets : c’est, pour tout avouer, mon fourre-tout. Après une période qui dépendra de votre réactivité, de vos contributions, et de vos échanges à travers ce « bouillon », nous pourrons arriver au stade d’ébullition qui nous édifiera dans quel domaine spécialiser cette tribune.

Vos contributions sont les bienvenues. Votre amitié me fait honneur. Les échanges avec vous sont une richesse inestimable qui, je n’en doute pas, ne me fera pas défaut. 


(*) Amin Maalouf fait une distinction entre français (eux)  et francophones (nous)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>